On a beau repasser toutes les définitions de ce mot traversant les époques, ce qui en ressort c est bien une notion cyclique.

Sur le digital, le carrousel (ou slider) est donc l’élément qui permet de faire tourner plusieurs informations s’enchainant les unes à la suite des autres.

A son apparition sur le web, le premier intérêt qu’on lui a trouvé fut donc de pouvoir afficher plusieurs informations sans allonger la page.
Encore mieux! Il fut la parade pour placer tout cela au-dessus de la sacro-sainte ligne de flottaison…
Voilà donc l’outil de webmastering parfait pour régler les conflits internes en contentant tout le monde : « Tu veux que ton contenu soit visible? Pas de soucis, je mets le place en tête de page »

Seulement voilà, à trop vouloir en afficher, on en a perdu l’intéressé : le visiteur.
Avouons que c’est un peu utopiste de penser qu’en arrivant sur un site, il passera gentiment les 5 slides du carrousel pour ensuite passer aux contenus du reste de la page.

Ajoutons tout de même un peu de rationnel à ce questionnement empathique. On trouve de nombreuses études sur le web telle que celle d’Erik Runyon qui nous montre que
– Le slider est cliqué par 1% des visiteurs
60% à 90% des clics se font sur la première slide
– Les slides 4 et 5 ont un taux de clic proche de zéro

Faut-il donc abandonner le carrousel ?
Pas forcément car bien souvent les études portent sur du contenu informationnel. On observe en effet de meilleurs résultats lorsque la fonction de carrousel est appliqué à des vignettes produit (e-commerce) ou des fiches recette de cuisine par exemple.

Quelles sont donc les bonnes pratiques ?
Limitez le nombre de slides à un maximum de trois

– Mettez-y du contenu frais qui intéressera vos visiteurs. Pas besoin de mettre un lien vers la dernière campagne de pub TV pour faire plaisir à la com’

– Donnez de la cohérence entre vos messages (Promo,produit, corporate,…). Un vendeur en magasin ne vous parlerait jamais de l’engagement environnemental de son enseigne après vous avoir évoqué ses promotions du moment

Guidez l’internaute avec des repères (puces, vignettes,…)

Laissez lui le pouvoir. Celui de stopper le défilement,de revenir en arrière, etc. Un défilement automatique peut être agaçant comme le montre cette vidéo transposant le comportement en magasin.